Activités Parlementaires

Le jeudi 12 avril, mon équipe et moi avions rendez-vous à Pontault-Combault, avec plusieurs acteurs du monde de l’apprentissage pour discuter des enjeux de la réforme à venir.

Etaient présents: un principal de collège, deux directeurs de CFA (dont l’un d’entre eux est aussi membre d’une CCI) et une directrice d’une chambre des métiers et de l’artisanat.

Tous étaient réunis autour de la table dans le but de développer ensemble les problématiques liées au monde de l’apprentissage, les enjeux de la réforme à venir, ainsi que ses possibles évolutions.

Malgré des divergences, les expériences et les points de vue de chacun ont pu s’exprimer pendant environ deux heures de débat, dans le calme et le respect, avec bienveillance et conviction.

Il en est ainsi ressorti les grands nœuds du système actuel de l’apprentissage, ainsi que les doutes et les attentes concernant la réforme à venir au travers du projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».

Nous avons alors constaté que le sujet primordial est celui du préapprentissage, en lien étroit avec l’orientation, qui sont des enjeux fondamentaux de la réussite du système de l’apprentissage. Plusieurs idées ont été proposé pour permettre de mieux développer ces deux moments si cruciaux du parcours du futur apprenti.

Les solutions envisagées pour favoriser le préapprentissage sont en premier lieu de supprimer le frein de l’âge d’entrée en préapprentissage (repasser de 15 à 14 ans) et d’assouplir les règles de sécurité qui sont un frein à l’embauche des jeunes par les entreprises, tout comme les procédures de création de places en préapprentissage qualifiées aujourd’hui de « parcours du combattant ».

Pour favoriser l’orientation vers les filières de l’apprentissage nous avons parlé de renforcer l’information auprès des jeunes, mais aussi l’information à destination des professeurs (qui jouent souvent le rôle de conseiller des jeunes au collège comme au lycée) par des visites dans les CFA de leur territoire. L’idée d’un seul interlocuteur pour faciliter l’orientation et l’accès à l’information fût aussi évoquée, ainsi que la mise en place d’une base de données commune entre l’apprentissage et la filière générale pour le suivi des élèves.

Il a été envisagé une certification simplifiée et étendue aux lycées professionnels qui font aussi de l’apprentissage.

Enfin, concernant le financement de la mobilité pour les jeunes, il s’agirait de revenir à une aide par tranche kilométrique, qui était plus juste qu’une aide aveugle aux divergences de situations.

Aussi, fort de ce bel exercice démocratique, je souhaite porter ces recommandations citoyennes au sein de la commission des affaires sociales et au cœur de l’hémicycle pour enrichir ce texte de loi grâce aux considérations des acteurs du terrain.


Articles similaires

Réalisation & référencement Comment créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.