Michèle Peyron
Députée de la 9ème Circonscription
de Seine-et-Marne

21 mars 2020 - Point Presse du Ministre des Solidarités et de la Santé

CORONAVIRUS - Point Presse

Principaux points - conférence de presse du Ministre

Situation générale

"Les Français ont pris le chemin de la résistance. Nous ne savons pas encore pour combien de temps. Il faudra être très patient et très solidaire."

Il faut s’attendre à ce que la situation continue de s’aggraver dans les prochains jours avant que les effets du confinement ne fassent leur preuve.

 

Sur les interrogations des Français quant au confinement : le ministre a saisi le conseil scientifique qui rendra des conclusions publiques lundi.

 

"La stratégie reste claire : adapter rapidement nos décisions en fonction de l’évolution des connaissances et des recommandations pour protéger au mieux les français. Le tout en transparence totale."

 

Situation des masques chirurgicaux et FFP2

Nous mettons tout en œuvre pour augmenter notre stock de masque.

 

Stock d’État à l’apparition du COVID19 : 117M de masques chirurgicaux pour adulte et aucun stock en masques FFP2.

 

Nous mettons tout en oeuvre pour augmenter notre stock :

Toute commande possible a été passée

Toute production disponible a été réquisitionnée

Toute distribution possible a été assurée

 

A ce jour, des commandes à l’étranger pour 250M de masques ont été réalisées. Elles sont livrées progressivement.

 

Grâce aux dons, aux importations et aux réquisitions, nous avons récupéré 40M de masques. Aujourd’hui, le stock d’État de masques est de 86M (81M de masques chirurgicaux et 5M de masques FFP2). On prévoit une utilisation de 22M par semaine.

 

La France est désormais en capacité de produire 6M de masques supplémentaires par semaine, puis 8M en avril (dont la moitié de masque FFP2). Toutes les usines tournent à plein régime.

 

Pour les EHPAD : 500 000 masques par jour seront disponibles.

 

Nous avons mis en place une stratégie nationale d’utilisation des masques pour préserver notre système de santé, nos soignants et les personnes les plus fragiles. Notre priorité est de protéger les personnels exposés et les zones qui en ont le plus besoin.

 

Les décisions prises depuis fin février :

 

Fin février : 15M de masques chirurgicaux livrés aux les établissements de santé de 1ère et 2e ligne.

3 mars : réquisition de toutes les ressources disponibles sur le territoire national.

Début mars : distribution de 25M de masques pour les établissements de référence et la médecine de ville.

17 et 18 mars : 10,7M de masques chirurgicaux et 1,6M de FFP2 pour la médecine de ville.

20 mars et jours à venir : 17M de masques pour les établissements de santé.

 

Au total, 70M de masques ont été livrés aux professionnels de santé depuis fin février.

 

Le conseil scientifique fera des propositions mardi pour la répartition des masques au-delà des seuls soignants et des malades.

 

Pour les prochaines livraisons, nous continuons de donner la priorité aux personnels de santé qui prennent le charge les malades (ville comme hôpital) et aux personnes qui interviennent dans les EHPAD.

 

Usage des tests

Nous avons fait jusque-là le choix d’un usage rationnel, raisonnable et raisonné des tests. Réaliser des tests mobilisent d’importantes ressources. Conformément aux recommandations internationales, nous réservons les tests à des publics prioritaires, les personnes les plus à risques et tout nouveau foyer.

 

Plus de 4000 tests par jour sont réalisés (60 000 tests réalisés depuis le début). Actuellement, 70 laboratoires en plus des cinquante déjà équipés sont en capacité de réaliser des tests.

 

À la suite des recommandations du directeur général de l’OMS, nous allons faire évoluer notre stratégie de dépistage. L’enjeu c’est d’être en mesure de multiplier nos capacités de test au moment où nous lèverons le confinement. La capacité journalière de réalisation des tests va poursuivre sa montée en puissance.

 

"Ce n’est pas sur la base d’un dépistage massif que nous mettrons fin au confinement. Mais c’est sur la base d’un dépistage massif que nous pourrions être amenés à accroître notre surveillance, une fois le confinement levé."


Articles similaires

Réalisation & référencement Comment créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.