Michèle Peyron
Députée de la 9ème Circonscription
de Seine-et-Marne

BLOG SPECIAL DECONFINEMENT

31 Aout 2020

RENTRÉE SCOLAIRE 2020-2021

Ce matin, ce sont des dizaines de milliers d’enseignants qui font leur rentrée, dans un contexte sanitaire particulier.

MERCI !

Et belle rentrée à toutes et tous.

16 juillet 2020

Dernière intervention en Questions Aux Gouvernement (QAG)

10 juin 2020

Ministère des solidarités et de la santé

#Coronavirus #COVID19 | Suivi de grossesse

Comment s'organise votre suivi médical ?

Comment préparer votre séjour à la maternité e ?

Comment anticiper le retour à la maison ?

Téléchargez la fiche d'information de la

Haute Autorité de Santé

sur https://has-sante.fr/jcms/p_3187333/fr/grossesse-votre-suivi-pendant-l-epidemie-de-covid-19

Grossesse - votre suivi pendant l'épidémie de COVID-19

HAS-SANTE.FR

Grossesse - votre suivi pendant l'épidémie de COVID-19

8 juin 2020

La France, à travers l’ @AFD_France, mobilise 262 383 800 FCFA comme contribution au plan de riposte pour la crise de la COVID 19 du Niger.

▶️ Retrouvez tous les détails ici :

https://ne.ambafrance.org/La-France-a-travers-l-AFDmobilise-262-383-800-fcfa-comme-contribution-au-plan

La France, à travers l’AFD mobilise 262 383 800 FCFA comme contribution au plan de riposte du Niger

NE.AMBAFRANCE.ORG

La France, à travers l’AFD mobilise 262 383 800 FCFA comme contribution au plan de riposte du Niger

4 juin 2020

AFP - L'aide à l'embauche d'apprentis fortement augmentée jusqu'au 28 février 2021 (Pénicaud)

jeudi 04/06/2020 - 19:13 UTC+2

Les entreprises qui recruteront un apprenti du 1er juillet au 28 février bénéficieront d'une aide élargie à l'embauche de 8.000 euros pour les majeurs et 5.000 euros pour les mineurs, a annoncé jeudi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à l'issue d'une réunion à l'Elysée entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Alors que cette aide, aujourd'hui de 4.125 euros, est actuellement réservée aux entreprises de moins de 250 salariés et pour des diplômes au niveau inférieur ou égal au bac, le dispositif sera élargi jusqu'au niveau de la licence professionnelle et à toutes les entreprises, ce qui représentera "un coût supplémentaire supérieur à un milliard d'euros", selon l'entourage de la ministre.

Les entreprises de plus de 250 salariés devront cependant avoir plus de 5% d'alternants dans leurs effectifs en 2021.

La première année d'apprentissage aura donc un "coût quasi nul" pour une entreprise, selon la ministre, puisque le salaire minimum d'un apprenti la première année est de 416 euros par mois s'il a 16 ou 17 ans, de 662 euros s'il a entre 18 et 20 ans. Entre 21 et 25 ans, cela représentera un reste à charge de 175 euros par mois.

Pour laisser davantage de temps aux jeunes pour trouver une entreprise avec la crise, ceux-ci pourront rester jusque six mois en CFA (centre de formation des apprentis) sans contrat, c'est-à-dire jusque fin février, au lieu des trois mois actuels.

Enfin, la ministre a également évoqué une "mobilisation territoriale" pour que chaque jeune qui a fait un voeu d'apprentissage sur les plateformes d'orientation scolaire Affelnet et Parcoursup puisse se voir proposer une offre.

L'objectif est, en dépit de la crise, de maintenir le même niveau de contrats d'apprentissage qu'en 2019 où 368.000 avaient été signés, soit un bond record de 16%.

Ces mesures sur l'apprentissage sont la première pierre d'un plan pour l'emploi des jeunes qui sera présenté pendant la première quinzaine de juillet.

"On ne peut pas avoir une génération sacrifiée", a plaidé Mme Pénicaud, "les jeunes ne seront pas la variable d'ajustement de la crise".

far/cel/swi

© Agence France-Presse

4 juin 2020

France Diplomatie

#GAVI* #Vaccination | Intervention du Président de la République

Emmanuel Macron

"Des dizaines de millions d’enfants dans le monde ne reçoivent toujours pas les vaccins dont ils ont besoin.

[...]

La pandémie de #COVID19 ne fait qu’amplifier ces défis. [...] La crise expose près de 80 millions d’enfants de moins d’un an à des maladies.

[...]

La France prendra toute sa part à cet effort, qui doit être historique pour répondre aux enjeux qui sont devant nous, avec un effort additionnel de 250 millions d’euros qui porte notre contribution totale sur le cycle qui s’ouvre (2021-2025) à 500 millions et qui vient s’ajouter à notre mobilisation renforcée aux côtés de l’OMS, du fonds mondial, des systèmes de santé africains.

Le deuxième enjeu, c’est de faire en sorte dès maintenant qu’un vaccin contre le COVID-19, lorsqu’il sera découvert, bénéficie à tous, parce qu’il sera un bien public mondial. C’est l'un des objectifs essentiels de l'initiative ACT-A.

[...]

C’est pourquoi la France sera prête, comme le demande l’alliance, à augmenter de 100 millions sa contribution lorsqu’un vaccin efficace contre le COVID-19 sera disponible, afin d’en assurer la diffusion à un prix abordable."

*La mission de GAVI est de sauver la vie des enfants et de protéger la santé des populations en élargissant l'accès à la vaccination dans les pays pauvres.

4 juin 2020

 

2 juin 2020

Députés, médecins, réseau des Villes-Santé de l'OMS....

Nous prônons le développement du sport-santé en France, en s'inspirant des leçons de la crise du nouveau coronavirus, dans une tribune pour le JDD.

TRIBUNE. Faire du sport-santé

LEJDD.FR

TRIBUNE. Faire du sport-santé "une priorité du monde de demain"

2 juin 2020

Les députés ont voté mercredi à l'unanimité pour que les enfants de soignants morts du COVID-19 obtiennent le statut de pupille de la Nation. Celui-ci garantit un soutien de l'État, pour les enfants âgés de moins de 21 ans.

1er juin 2020

Assouplissement pour la visite de nos aînés en Ehpad.

Olivier Veran

À compter du 5 juin, les conditions de visite en #EHPAD seront à nouveau assouplies. Si la situation sanitaire locale le permet, les visites doivent pouvoir reprendre.

SOLIDARITES-SANTE.GOUV.FR

solidarites-sante.gouv.fr

 

30 Mai 2020

Vendredi 29/5 matin, au lycée agricole Bougainville de Brie-Comte-Robert

J’ai accueilli Didier Guillaume, ministre de l’agriculture.

Étaient présents entre autres Mr le Préfet de Seine-et-Marne

Thierry Coudert

, le directeur du Campus Bougainville (EPL) Cédric Avril.

Visite du Ministre de l'agriculture 29 mai 2020

29 Mai 2020

28 Mai 2020

Préfet de Seine-et-Marne  est avec Jérôme Battistelli

Déconfinement en Seine-et-Marne

- dès ce week-end parcs et jardins seront ouverts

- fin à l’interdiction de déplacement de + 100km. Restez prudents !

- activités : distinction entre zones vertes et oranges

Retrouvez toutes les infos :

Gouvernement

28 Mai 2020

Édouard Philippe  était en direct.

EN DIRECT | Avec Oliver Véran et Jean-Michel Blanquer, je tiens aujourd’hui une conférence de presse sur la deuxième étape du plan de déconfinement. Suivez notre présentation en direct :

26 Mai 2020

Assemblée nationale  était en direct.

#DirectAN Examen de la proposition de résolution témoignant la reconnaissance de l’Assemblée nationale et du peuple français à tous les soignants victimes du covid-19, et portant création d’un statut pour les enfants de soignants décédés des suites du coronavirus.

Mardi 26 mai 2020 - après la séance de QAG (questions au gouvernement) J’assiste à la séance publique dans l’hémicycle. Je voterai cette résolution.

Publiée par Michèle Peyron sur Mardi 26 mai 2020

25 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé

Communiqué de presse | Lancement du Ségur de la Santé

Deux mois jour pour jour après le discours du Président de la République à Mulhouse, le Premier ministre

Édouard Philippe

et

Olivier Véran

, ont donné le coup d’envoi du Ségur de la Santé le 25 mai 2020 aux côtés de près de 300 acteurs du monde de la santé.

✅ L’objectif

Le 25 mars 2020, à Mulhouse, le Président de la République a pris un engagement auprès de toutes les femmes et les hommes mobilisés dans la crise du COVID-19 : « à l’issue de cette crise, un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital ».

Deux mois jour pour jour après le discours de Mulhouse, le Premier ministre Édouard Philippe et Olivier Véran, ont donné le coup d’envoi du Ségur de la Santé le 25 mai 2020 aux côtés de près de 300 acteurs du monde de la santé : acteurs institutionnels, élus, représentants des usagers, Agences régionales de santé, Assurance maladie, ordres professionnels, représentants des établissements et employeurs du secteur sanitaire et médico-social, syndicats hospitaliers, syndicats de praticiens et professions paramédicales libéraux, représentants des étudiants et jeunes médecins, représentants des transporteurs sanitaires, conseils nationaux professionnels et collectifs hospitaliers…

Ils ont rappelé l’ambition de cette grande concertation avec les acteurs du système de santé : tirer collectivement les leçons de l’épreuve traversée et faire le lien avec les orientations de Ma Santé 2022, pour bâtir les fondations d’un système de santé encore plus moderne, plus résilient, plus innovant, plus souple et plus à l’écoute de ses professionnels, des usagers et des territoires, avec des solutions fortes et concrètes. La méthode et l’organisation proposées ont également été présentées

Les principes généraux du Ségur de la Santé

Le Ségur de la Santé ouvre un mois de concertation, jusqu’à la fin du mois de juin, avec les acteurs du système de santé :

▪ Des concertations nationales à travers un Comité Ségur national et un groupe Ségur national spécifique autour des carrières et des rémunérations, dès le 26 mai ;

▪Des retours d’expérience dans les territoires à partir du 29 mai.

▪Une consultation en ligne via un espace d’expression dématérialisé ouvert début juin.

Dans la lignée des orientations fixées par le Président de la République, les concertations du Ségur de la Santé reposeront sur quatre piliers :

▪ Pilier n°1 : Transformer les métiers et revaloriser ceux qui soignent ;

▪ Pilier n°2 : Définir une nouvelle politique d’investissement et de financement au service des soins ;

▪ Pilier n°3 : Simplifier radicalement les organisations et le quotidien des équipes ;

▪Pilier n°4 : Fédérer les acteurs de la santé dans les territoires au service des usagers.

Les conclusions du Ségur de la Santé sont attendues pour la mi-juillet.

⚙ L’organisation mise en place pour les concertations du Ségur de la Santé

Le Comité Ségur national, placé sous l’égide du ministre des Solidarités et de la Santé, sera lancé le mardi 26 mai et sera le lieu des concertations nationales sur l’ensemble des quatre piliers et de suivi de l’avancement global de la concertation. Pour cela, il se nourrira des retours d’expérience territoriaux, des travaux issus du groupe Ségur national traitant des carrières et des rémunérations ainsi que des résultats de la concertation dématérialisée. Il se réunira une fois par semaine jusqu’à la fin du Ségur de la Santé et il lui reviendra alors d’élaborer les Accords de la Santé issus de cette concertation.

Madame Nicole NOTAT sera l’animatrice de ce Comité Ségur national. Elle s’appuiera sur l’équipe d’animation composée d’experts du système de santé.

Ce Comité réunira les acteurs suivants : acteurs institutionnels, élus, Agences régionales de santé, financeurs, représentants des usagers, conférences hospitalières, fédérations hospitalières et médico-sociales ; syndicats hospitaliers ; syndicats de praticiens et professions paramédicales libéraux, représentants des étudiants et jeunes médecins et collectifs hospitaliers.

Également animé par Madame Nicole Notat, un Groupe Ségur national sera mis en place, chaque semaine jusqu’à la fin du Ségur de la Santé, pour traiter, au sein du pilier n°1, la question des carrières et des rémunérations dans les établissements publics de santé et les EHPAD publics, pour le personnel médical et pour le personnel non médical. Une concertation sera également menée en parallèle avec les fédérations d’établissements privés.

Au sein de chaque région, se tiendront plusieurs retours d’expérience territoriaux. Ces sessions pourront notamment être organisées et animées par la Conférence Régionale de la Santé et de l'Autonomie (CRSA) et / ou par une équipe composée de représentants des acteurs et des usagers de l’offre de soins et médico-sociale.

Les territoires pourront solliciter l’équipe d’animation nationale et, le cas échéant, les Agences régionales de santé, pour les accompagner dans l’organisation et le déroulement des retours d’expérience territoriaux. D’ici la fin du mois de juin, elles partageront la synthèse des retours d’expérience qu’ils auront recueillis.

Enfin, un espace d’expression dématérialisé sera ouvert au début du mois de juin. Il a vocation à recueillir largement, en complément des retours d’expérience territoriaux, les témoignages des professionnels de santé.

Le Ségur de la santé se nourrira enfin des travaux du

Conseil économique, social et environnemental

(CESE), qui a lancé une consultation citoyenne sur l’hôpital.

Lire le communiqué : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/communique-de-presse-lancement-du-segur-de-la-sante-25-mai-2020

25 Mai 2020

Édouard Philippe

Il serait insupportable pour nos concitoyens, pour les médecins, les infirmiers, les aides-soignants, que cette crise du COVID-19 ne soit pas l’occasion de changements radicaux.

Nous avons lancé aujourd'hui le "Ségur de la Santé", une concertation générale qui débouchera sur des décisions en juillet pour construire l'avenir de l'hôpital, de la médecine de ville, du secteur médico-social et du grand âge. Retrouvez l'intégralité de ma déclaration : https://bit.ly/2LXn6ps

25 Mai 2020

Édouard Philippe  était en direct.

EN DIRECT | Le 25 mars dernier, le président de la République a pris l'engagement d'une rénovation profonde de notre système de santé. Nous lançons aujourd’hui une concertation, le “Ségur de la Santé”, qui permettra de construire l'avenir de l'hôpital, de la médecine de ville, du secteur médico-social et du grand âge. Suivez l’ouverture des échanges en direct :

22 Mai 2020

Ce matin en fin de matinée nous recevions le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari. Il a été accueilli par le Préfet de Seine-et-Marne, par la Maire et par moi-même, à Combs-la-ville pour visiter l’entreprise Carrefour Supply Chain.

Le secrétaire d’État a échangé avec les salariés du site qui a continué à fonctionner pendant la crise sanitaire du Covid19.

Sur le site Logidis entrepôt Jean-Baptiste Djebbari a pu se rendre compte des impacts du Covid19 et des actions mises en œuvre pour garantir les gestes barrières dans les différentes zones, frais, fruits et légumes et expédition. Il a remercié les salariés pour avoir assuré la continuité de l’activité.

21 Mai 2020

Avec plusieurs collègues députés LREM, nous avons alerté le Gouvernement sur la situation des associations participant à la sécurité civile qui voient leur situation financière fragilisée, impactant leur fonctionnement voire leur pérennité.

21 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé

#Coronavirus | Point de situation

◾28 132 décès liés au #COVID19

◾63 354 personnes sont rentrées à domicile

◾17 941 personnes hospitalisées 19 (vs 21 071 il y a une semaine)

◾1 794 patients graves en réanimation (vs 2 428 il y a une semaine).

Point de situation

L’épidémie de Covid-19 reste active et le virus circule toujours en France. Nous devons donc rester prudents et respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public, lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée. Les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie, ayant plus de 65 ans ou atteintes d’une pathologie chronique (notamment maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire chronique, cancer évolutif sous traitement), présentant une immunodépression ou les femmes enceintes, au cours du troisième trimestre de grossesse, doivent être encore plus prudentes, se protéger et éviter tout contact non nécessaire. Il leur est recommandé le port du masque.

◾ Réagissez vite

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, même bénins, consultez le plus rapidement possible un médecin. Si un test virologique RT-PCR vous est prescrit, faites-le sans délai. Ce sont nos comportements qui font la vitesse épidémique : au moindre symptôme, il faut éviter de contaminer les autres et aider les équipes sanitaires à briser la chaîne de contamination en facilitant la stratégie de test, de recherche des contacts et d’isolement.

◾Dans le monde

188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19. 4,9 millions de personnes ont été atteintes, 324 063 personnes en sont décédées, mais 1,8 million de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec 1,74 million de cas et 164 349 décès.

◾En France,

▪hier, SOS médecins a réalisé 295 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 5% de l’activité totale.

▪Les services d’urgence ont noté 705 passages pour ce même motif, soit 3% de l’activité totale.

▪ 17 941 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 (vs 21 071 il y a une semaine le 13/05) et 432 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (vs 543 il y a une semaine).

▪ 1 794 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 2 428 il y a une semaine). 43 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 69 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 100 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 72% des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 107 hospitalisations (-4 // hier), dont 19 en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 99 616 personnes ont été hospitalisées, dont 17 607 en réanimation. 63 354 personnes sont rentrées à domicile. Depuis le 1er mars, nous déplorons 28 132 décès liés au COVID-19 : 17 812 décès dans les hôpitaux et 10 320 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/communique-de-presse-du-20-mai-2020

20 Mai 2020

Préfet de Seine-et-Marne

Contrôle technique des véhicules légers :

le Gouvernement arrête le délai de tolérance au 23 juin.

Dans le cadre de l’urgence sanitaire, l’ensemble des délais imposés par l’administration pour réaliser des contrôles et notamment les contrôles techniques ont été suspendus du 12 mars au 23 juin. Cette suspension permet de ne pas pénaliser les automobilistes confinés n’ayant pu réaliser ce contrôle dans les temps en leur accordant un délai de tolérance, correspondant à la période comprise entre le 12 mars et le 23 juin. Les centres de contrôle technique étant ouverts sur l’ensemble du territoire, les automobilistes sont encouragés à procéder au contrôle technique de leur véhicule dès que possible.

>https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/controle-technique-des-vehicules-legers-gouvernement-arrete-delai-tolerance-au-23-juin

20 Mai 2020

MISSION D’INFORMATION COVID19

Nos entreprises et les emplois qui en dépendent ont été durement touchés par le #Covid_19.

Après les principales organisations syndicales hier, la mission d'information #Covid_19 entend aujourd'hui les représentants du patronat @medef, @CGPME et @U2P_france.

19 Mai 2020

MISSION COVID19 -

À 17h30 et pendant 3 heures à l’écoute des syndicats : CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA.

Monsieur Laurent Berger a répondu particulièrement à ma question... ainsi que FO.

Ma question :

« Un tiers des français ont eu recours au télétravail pendant la période de confinement. Beaucoup le sont encore, car je le rappelle, nous devons, lorsque celui-ci est possible, favoriser le télétravail, afin de garantir le respect des gestes barrières. Un récent sondage indique que 40% d’entre eux souhaiteraient continuer de la pratiquer de manière ponctuelle. N’oublions pas que beaucoup de salariés y ont eu recours également pendant les gréves fin 2019 et début 2020.

Bien sûr, les débuts ont pu être difficiles, notamment pour les entreprises ayant eu recours au télétravail pour la première fois. Désormais, de bonnes pratiques ont été mises en place par tous. L ‘« après » de cette période de confinement doit nous permettre de retenir aussi ce qui a bien fonctionné.

Le télétravail présente de nombreux avantages, notamment l’absence de trajet quotidien entre le domicile et le lieu de travail, qui peut être un facteur d’anxiété, d’inconfort ou de pénibilité, notamment au vu de la dégradation de certains transports publics mais aussi l’augmentation toujours plus importantes des embouteillages, notamment près des grandes villes.

Nous ne devons pas oublier que le télétravail reste réservé à une catégorie « privilégiée » d’actifs, mais nous devons reconnaitre que l’activité en télétravail, notamment de manière ponctuelle ou organisée, une fois par semaine par exemple, peut être intéressante pour un salarié qui en fait la demande.

Nous constatons qu’en temps normal, le recours au télétravail reste assez timide. Les ordonnances de 2017 avait libéralisé un peu le télétravail, en permettant son recours sans le besoin d’avenant au contrat, afin d’ouvrir le télétravail occasionnel. Les ordonnances avaient par ailleurs indiqué que le télétravail devait faire l’objet d’un accord collectif ou d’une charte comprenant les conditions de passage en télétravail et de retour à une activité sans télétravail, les modalités d’acceptation du salarié, les modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge du travail et la détermination des plages horaires pendant lesquelles le salarié peut être contacté.

En absence de cet accord, qui permet véritablement un encadrement, il s’agit d’un accord entre employeur et salarié, qui peut donc laisser quelques incertitudes.

Pensez-vous, alors que nous entrons dans « l’après », que nous devions favoriser le recours au télétravail ? Et que celui-ci nécessite un meilleur encadrement dans le code du travail ? ».

Nous avons échangé longuement ; très intéressant

19 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé  était en direct.

DIRECT | Point presse #Coronavirus du mardi 19 mai.

Le Pr Jérôme Salomon fait le point sur :

▪️ les signes pour identifier la #COVID19

▪️les comportements à adopter en cas de symptômes

▪️le parcours de test et d’isolement nécessaire

18 Mai 2020

Bruno Le Maire

Le plan de relance européen de 500 milliards € annoncé par Angela Merkel et

Emmanuel Macron

est un tournant historique. Pour la première fois, l’Allemagne et la France acceptent que la Commission européenne lève de la dette commune

18 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé

#Coronavirus | Point de situation

◾28 239 décès liés au #COVID19

◾ 61 213 personnes sont rentrées à domicile

◾19 015 personnes hospitalisées (vs 22 284 il y a une semaine)

◾ 1 998 patients graves en réanimation (vs 2 712 il y a une semaine)

L’épidémie de Covid-19 reste active et le virus circule toujours en France. Nous devons donc rester prudents et respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public, lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée. Les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie, ayant plus de 65 ans ou atteintes d’une pathologie chronique (notamment maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire chronique, cancer évolutif sous traitement), présentant une immunodépression ou les femmes enceintes, au cours du troisième trimestre de grossesse, doivent être encore plus prudentes, se protéger et éviter tout contact non nécessaire. Il leur est recommandé le port du masque.

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, même bénins, consultez le plus rapidement possible un médecin. Si un test virologique RT-PCR vous est prescrit, faites-le sans délai, le résultat doit vous être rendu en 24 heures. En résumé, si vous vous demandez si vous avez ou pas la maladie en présence de symptômes, 48 heures plus tard vous devriez avoir la réponse par le résultat du test virologique.

◾ Dans le monde

▪ 188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19.

▪ 4,74 millions de personnes ont été atteintes,

▪315 822 personnes en sont décédées, mais 1,7 million de personnes en ont guéri.

▪ L’Europe reste fortement impactée avec 1,70 million de cas et 162 603 décès.

◾En France

▪ Hier, SOS médecins a réalisé 345 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 5% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 351 passages pour ce même motif, soit 1% de l’activité totale.

▪ 19 015 personnes (vs 22 284 il y a une semaine) sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 375 nouvelles admissions (vs 523 il y a une semaine) ont été enregistrées en 24 heures.

▪ 1 998 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 2 712 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 38 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 82 il y a une semaine).

▪ Le solde reste négatif en réanimation, avec 89 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 71% des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 114 hospitalisations, dont 22 en réanimation.

◾ Depuis le début de l’épidémie,

▪ Depuis le début de l’épidémie, 98 853 personnes ont été hospitalisées, dont près de 17 500 en réanimation.

▪ 61 728 personnes sont rentrées à domicile.

▪ Depuis le 1er mars, nous déplorons 28 239 décès liés au COVID-19 (+ 131), 17 589 décès dans les hôpitaux et 10 650 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

Lire le communiqué : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/communique-de-presse-du-18-mai-2020

18 Mai 2020

Ordre National des infirmiers

[Communiqué de presse] En vue du #Ségur de la santé annoncé par

Olivier Véran , Ministère des solidarités et de la santé

l'Ordre National des infirmiers veut porter la voix des 700 000 #infirmiers de France avec pour objectif la revalorisation globale de notre profession.

➡️ https://www.ordre-infirmiers.fr/actualites-presse/articles/communique-de-presse-segur-de-la-sante-porter-la-voix-des-700000-infirmiers-de-france.html

18 Mai 2020

Semaine de contrôle à l’assemblée nationale.

ENJEUX DE SANTÉ ET DÉCONFINEMENT

« Quelles réponses pendant et après la crise du COVID19 pour améliorer la sécurité sanitaire ? » à la demande du groupe LT.

Ma question concernée la sécurité sanitaire dans le monde du travail.

18 Mai 2020

« En mobilisant 50 millions d’euros de trésorerie pour le transport routier de voyageurs, secteur lourdement touché par les effets de la crise sanitaire, cette mesure viendra s’ajouter aux mesures transversales déjà mises en place par le Gouvernement.

Les ministres annoncent également aujourd’hui l’inclusion du secteur des cars et bus touristiques dans le plan de soutien pour le tourisme présenté par le Premier ministre. Ces entreprises pourront ainsi bénéficier d’une exonération de cotisations sociales sur les mois de mars à juin 2020. »...

Gérald Darmanin et Jean-Baptiste Djebbari annoncent 50 millions d’euros d’allègement supplémentaire de trésorerie en faveur du transport routier de voyageurs et l’inclusion du secteur des cars et bus touristiques dans le « plan tourisme »

ECOLOGIQUE-SOLIDAIRE.GOUV.FR

Gérald Darmanin et Jean-Baptiste Djebbari annoncent 50 millions d’euros d’allègement supplémentaire de trésorerie en faveur du transport routier de voyageurs et l’inclusion du secteur des cars et bus touristiques dans le « plan tourisme »

Le Vendredi 15 mai 2020 Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, ont décidé d’appliquer au transport routier de voyageurs de façon imm...

 

18 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé

Numerus clausus 2020 | Communiqué de presse

Près de 15 000 étudiants pourront poursuivre leurs études pour devenir des professionnels de santé au terme de l’année universitaire 2019-2020

Les Ministres

Olivier Véran

et Frédérique Vidal annoncent que le numerus clausus pour l’année 2019-2020 permettra à près de 15 000 étudiants de poursuivre leurs études pour devenir des professionnels de santé. Ce numerus clausus sera le dernier. En effet, en application de la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé, la Première Année Commune aux Etudes de Santé (PACES) et le Numérus Clausus seront supprimés à compter de la rentrée 2020 au profit de d’une diversité des voies d’accès aux Etudes de Santé et à une régulation au plus proche des besoins des territoires.

En comptabilisant le millier d’étudiants rejoignant les études en santé par la voie des passerelles, autre que la PACES, ce sont donc près de 15 000 étudiants qui poursuivront des études en médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique au terme de l’année universitaire 2019-2020 :

▪ 9361 étudiants entreront en médecine (dont 8832 par PACES)

▪1332 pour odontologie (1231 par PACES)

▪ 3265 pour pharmacie (3177 par PACES)

▪1039 pour maïeutique (998 par PACES)

La mise en place en 1972 du Numerus Clausus sans réelle évaluation des besoins en santé a conduit à un effondrement du nombre de médecins formés avec une diminution de près de 60 % au milieu des années 1990. Rééquilibrer le nombre de professionnels de santé sur le territoire afin de mieux répondre aux besoins est, depuis 2017, une priorité du gouvernement qui a permis au numerus clausus d’être aujourd’hui de 15% supérieur à 2016.

Afin de poursuivre dans cette voie et conformément aux engagements pris, les études de santé ont été transformées : la Première Année Commune au Etudes de Santé (PACES), unique voie d’accès à ces filières, ainsi que le numerus clausus, tous deux représentatifs d’un système d’admission basé sur une sélection drastique, seront supprimés à compter de la rentrée prochaine.

Pour mieux répondre aux besoins en santé et garantir des formations de qualité dans tous le territoires, les universités et les Agences Régionale de Santé définiront ensemble le nombre d’étudiants qui seront admis dans les différentes filières chaque année sur la base d’orientations nationales.

La transformation des études de santé vise à mieux former, mieux orienter et mieux insérer les futurs professionnels de la santé, notamment via une diversification des voies d’accès ayant pour objectif de diversifier les profils des étudiants en santé.

Enfin, il est important de souligner que la suppression du numérus clausus aura ces effets dans 10 ans compte tenu de la durée des études et ne peut être la seule réponse face aux difficultés d’accès aux soins rencontrés par la population dans de nombreux territoires.

C’est pourquoi le gouvernement porte d’autres actions visant en particulier à promouvoir l’exercice coordonné et pluridisciplinaire et à libérer du temps médical tel le déploiement des assistants médicaux, la création de communautés professionnelles territoriales de santé, les coopérations interprofessionnelles ou encore la formation d’infirmiers en pratiques avancées. Il s’agit aussi de faciliter l’installation de jeunes médecins par la promotion du contrat d’engagement de service public, le déploiement de la mesure des « 400 médecins salariés », le développement de la maîtrise de stage en ambulatoire ainsi que l’ouverture de l’exercice en tant que médecin adjoint pour les internes en fin de cursus.

Lire le communiqué : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/numerus-clausus-2020-429464

17 Mai 2020

#Soignants #COVID19  Le 25 mai, avec les partenaires sociaux et les collectifs hospitaliers, je lancerai le Ségur de la Santé.

Augmentations de salaire, organisation du travail, valorisation du collectif, revalorisation des carrières... Nous devons être à la hauteur des attentes des soignants !

Je veux que le plan soit présenté cet été, pour traduire tout ce qui peut l'être dans le prochain budget de la Sécurité sociale . Olivier Véran

Les Echos

Hôpital : les pistes de l'exécutif pour augmenter rapidement le salaire des soignants https://trib.al/yWcUf4y

Hôpital : les pistes de l'exécutif pour augmenter rapidement le salaire des soignants

LESECHOS.FR

Hôpital : les pistes de l'exécutif pour augmenter rapidement le salaire des soignants

17 Mai 2020

#Coronavirus | Point de situation

◾ 28 108 décès liés au #COVID19

◾19 361 personnes hospitalisées

◾ 2 087 patients graves en réanimation

◾ 61 213 personnes sont rentrées à domicile

L’épidémie de Covid-19 reste active et le virus circule toujours en France. Nous devons donc rester prudents et respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public, lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée.

Les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie, ayant plus de 65 ans ou atteintes d’une pathologie chronique (maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire chronique, cancer évolutif…), présentant une immunodépression ou les femmes enceintes, au cours du troisième trimestre de grossesse, doivent être encore plus prudentes, se protéger et éviter tout contact non nécessaire.

Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, même bénins, consultez rapidement un médecin. Si un test virologique RT-PCR vous est prescrit, faites-le sans délai, le résultat doit vous être rendu en 24 heures.

◾ Dans le monde

▪188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19.

▪4,66 millions de personnes ont été atteintes,

▪12 381 personnes en sont décédées, mais 1,7 million de personnes en ont guéri.

▪L’Europe reste fortement impactée avec 1,68 million de cas et 161 420 décès.

◾En France,

▪hier, SOS médecins a réalisé 393 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 5% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 462 passages pour ce même motif, soit 2% de l’activité totale.

▪ 19 361 personnes (vs 22 569 il y a une semaine) sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 152 nouvelles admissions (vs 253 il y a une semaine) ont été enregistrées en 24 heures.

▪2 087 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 2 776 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 24 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 38 il y a une semaine).

▪ Le solde reste négatif en réanimation, avec 45 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 74% des cas hospitalisés. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 108 hospitalisations, dont 22 en réanimation.

◾ Depuis le début de l’épidémie,

▪ 98 569 personnes ont été hospitalisées, dont près de 17 500 en réanimation.

61 213 personnes sont rentrées à domicile.

◾ Depuis le 1er mars,

nous déplorons 28 108 décès liés au COVID-19 (+ 483),

17 466 décès dans les hôpitaux et 10 642 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux.

Lire le communiqué de presse https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/communique-de-presse-du-17-mai-2020

17 Mai 2020

Olivier Veran

Le 25 mai, avec les partenaires sociaux et les collectifs hospitaliers, je lancerai le Ségur de la Santé.

Augmentations de salaire, organisation du travail, valorisation du collectif, revalorisation des carrières... Nous devons être à la hauteur des attentes des soignants !

Mon interview au JDD

https://www.lejdd.fr/Politique/olivier-veran-au-jdd-il-faut-travailler-sur-une-hausse-des-salaires-des-soignants-au-dela-des-primes-3968862

16 Mai 2020

AFD - Agence Française de Développement

Hausse des grossesses non désirées, explosion des violences conjugales, basculement dans la grande pauvreté... La crise sanitaire actuelle entraîne d'ores et déjà un creusement des inégalités entre les hommes et les femmes.

Quelles solutions peuvent être déployées pour contrer cette tendance ? Réponse de Mar Merita Blar, notre experte #genre.

Mar Merita Blat : « Le confinement a fait exploser les violences liées au genre »

AFD.FR

Mar Merita Blat : « Le confinement a fait exploser les violences liées au genre »

Hausse des grossesses non désirées, expl

15 Mai 2020

Ministère des solidarités et de la santé

Coronavirus | Communiqué de presse

Olivier Véran

annonce le financement de 45 nouveaux projets de recherche appliquée sur le Coronavirus #COVID19 pour près de 22 millions d’euros et encourage les Français à participer aux études.

Pour accompagner l’effort inédit des équipes de recherche françaises, le ministère des Solidarités et de la Santé soutient la recherche appliquée en santé en la finançant largement à travers des appels à projets et en mettant en place des procédures accélérées d’autorisation.

Le 25 mars dernier, une première vague de sélection a donné lieu au financement en urgence de 11 projets de recherche appliquée sur le COVID-19. Face aux nombreuses questions de santé soulevées par ce virus, le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une deuxième vague de sélection. Sur l’ensemble des 141 projets examinés en seconde vague, le jury a identifié 45 projets de recherche d’intérêt majeur pour un financement par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Parmi ces 45 projets, la majorité sont de nouveaux projets de recherche appliquée en santé d’intérêt immédiat tandis que d’autres sont des projets permettant d’obtenir des données importantes pour la gestion de la phase post-aigüe de la crise. Ces nouveaux projets de recherche couvrent à la fois la médecine en établissements (établissements de santé ou établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, EHPAD) et la médecine de ville. Ils s’attachent notamment à la mise en place de nouveaux traitements mais aussi au suivi de populations spécifiques souffrant de maladies chroniques ou dans des situations précaires, à l’étude de nouvelles organisations des soins ou encore au suivi de l’évolution de l’épidémie.

Une nouvelle enveloppe d’autorisations d’engagement à haute maximale de 22 millions d’euros vient ainsi abonder l’enveloppe initiale de 9 millions d’euros, avec un financement sous conditions de suivi. En effet compte-tenu de l’évolution rapide des connaissances, le ministère des Solidarités et de la Santé sera attentif dans la politique de financement au déroulement effectif de ces projets de recherche et au respect des recommandations des autorités sanitaires. Par ailleurs, un travail de rapprochement de certains projets similaires est attendu. Ces recherches revêtent un enjeu national et même international qui force à la collaboration. Cela a été souligné par le jury.

« L’effort des équipes de soins et de recherche depuis le début de la crise est remarquable. Il faut aussi saluer les Français qui ont déjà contribué à la recherche sur le COVID-19 en acceptant de participer aux études. Toutes ces études sont menées dans le respect de l’éthique et de la sécurité des personnes. Les patients Français sont encouragés à continuer de prendre part à cette dynamique si une étude leur est proposée. Ces travaux sont indispensables à la compréhension de la maladie, à sa prévention et à sa prise en charge. »

Olivier Véran

, Ministre des Solidarités et de la Santé

Lire le communiqué de presse: https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/financement-de-45-nouveaux-projets-de-recherche-appliquee-sur-le-coronavirus

15 Mai 2020

AFP - Coronavirus: Macron veut "mettre fin" à la "paupérisation" de l'hôpital

vendredi 15/05/2020 - 11:53 UTC+2

Emmanuel Macron a insisté qu'il fallait "mettre fin" à la "paupérisation" des personnels soignants, vendredi à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière où il a reconnu une "erreur" sur la réforme du système de santé engagée il y a deux ans.

Le chef de l'Etat, qui s'était déjà rendu sur place le 27 février au début de la crise du coronavirus, a débuté cette visite surprise par une table ronde avec des médecins, a constaté l'AFP.

Accompagné par son ministre de la Santé Olivier Véran, il a ensuite rencontré des responsables syndicaux avant de visiter un service.

"Monsieur le Président, vous avez suscité un magnifique espoir chez les gens, un retour en arrière ne sera pas accepté", a lancé le Pr Dominique Thabut, cheffe de service hépatologie, résumant les difficultés exprimées lors de la réunion par plusieurs de ses collègues.

"Il faut mettre fin à cette paupérisation", a réagi le chef de l'Etat, en revenant sur la réforme du système de santé engagée il y a deux ans.

"On a sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée" car elle ne "portait pas assez de sens" et avait une "ampleur" et un rapport au temps "pas du tout suffisants compte tenu de l'état où était l'hôpital", a-t-il affirmé.

"J'étais convaincu qu'on était en train de changer les choses" et "c'est très cruel pour moi-même", a-t-il ajouté, jugeant que "c'était une super stratégie mais à faire dix ans plus tôt".

Mais "je n'ai pas envie non plus qu'on revienne à l'étape d'avant", a-t-il ajouté. C'est pourquoi "oui, on va investir", a promis M. Macron qui a affirmé avoir "demandé au ministre un travail express" sur le sujet. "C'est un investissement et pas une dépense", a-t-il estimé.

Fin mars déjà, Emmanuel Macron avait promis "un plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital à l'issue de la crise. Jeudi encore, il a assuré vouloir "aller plus vite" notamment pour revaloriser les rémunérations et les carrières, lors d'une visioconférence avec des médecins hospitaliers.

A la Pitié-Salpêtrière, les soignants ont longuement témoigné de leurs conditions de travail dégradées.

"Ce ne sont pas des petites augmentations qui feront les choses, il faut un choc salarial", a assuré le Pr Thomas Similowski, chef du service de pneumologie, en soulignant qu'"une infirmière qui commence est à la limite de la pauvreté".

Cadre médical, Nathalie Nion a témoigné des "ménages" (prestations hors de l'hôpital) que font certains soignants, "alors que ce n'est pas réglementaire, parce que les salaires sont insuffisants pour vivre, notamment à Paris".

"N'est-ce pas incohérent de maintenir les 35 heures alors que certains, pour gagner plus, travaillent en dehors en toute illégalité?", a alors lancé Olivier Véran. Le ministre s'est interrogé sur le maintien du "cadre unique de la fonction publique", avouant mettre "les pieds dans le plat" et assurant qu'il ne s'agissait pas "de tout faire exploser".

"Il ne faut pas que cette crise soit une parenthèse enchantée, il faut passer à système stable ou tout le monde se reconnaîtra", a affirmé le patron de l'AP-HP Martin Hirsch, en rappelant la longue grève qu'ont connue les urgences l'an dernier.

leb-cg/jk/or

© Agence France-Presse

15 Mai 2020

PRIME AUX AGENTS HOSPITALIERS Promesse tenue par notre majorité !

En Seine et Marne = 1500 euros NON IMPOSABLES pour TOUS les soignants, agents publics et apprentis des établissements publics de santé, fonctionnaires, agents contractuels de la fonction publique d’Etat.

Décret publié ce matin.

Le texte pour les EHPAD et le champ médico-social est à venir.

Les discussions pour l’application de cette prime à l’identique dans le secteur privé sont en cours et aboutiront rapidement.

MERCI À TOUTES ET À TOUS POUR VOTRE MOBILISATION, le combat contre le virus continue.

LEGIFRANCE.GOUV.FR

Décret n° 2020-568 du 14 mai 2020 relatif au versement d'une prime exceptionnelle aux agents des établissements publics de santé et à certains agents civils et militaires du ministère des armées et de l'Institution nationale des invalides dans

 

14 Mai 2020

L’Assurance Maladie - Risques professionnels propose une subvention pour aider les TPE, PME et travailleurs indépendants à prévenir le COVID-19 au travail.

www.ameli.fr

 

14 Mai 2020

Aux côtés de 100 parlementaires, j’ai co-signé cette tribune de mon collègue Philippe Huppé, en faveur de nos métiers d’excellence et de leurs savoir-faire uniques au monde, qui font rayonner chaque jour, nos territoires.

14 Mai 2020

Très très bonne nouvelle !

Aide au secteur du tourisme, le fonds de solidarité sera ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020. L’aide qui sera versée pourra aller jusqu’à 10 000 euros.

Les dispositifs de prêts seront renforcés, le plafond pourra atteindre le chiffre d’affaires des 3 meilleurs mois de l’année précédente.

Et pas que... réouverture des cafés, restaurants envisagée dès le 2 juin pour les départements « verts ».

Les français pourront partir en vacances en juillet en août en France

Doublement du plafond des titres restaurant.

14 Mai 2020

Ce matin et jusqu’au bout de la nuit.

En séance à l’assemblée nationale première lecture du PJL portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de COVID19.

13 Mai 2020

 

Point de situation du Mercredi 13 mai

L’épidémie reste active et le virus circule toujours. Nous devons rester prudents et respecter toutes les mesures barrière et le port du masque grand public, lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée. Il est indispensable de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou en utilisant une solution hydro alcoolique, de tousser et éternuer dans son coude, d’utiliser des mouchoirs à usage unique à jeter après usage, de ne pas se serrer la main, de ne pas s’embrasser et d’éviter de se toucher le visage surtout la bouche et le nez. Les personnes âgées et toutes celles présentant des pathologies chroniques doivent rester prudentes et réduire le nombre de leurs contacts. Nous devons continuer à les aider dans la vie quotidienne.

Situation internationale

188 pays touchés, 4,2 millions de cas

293 241 décès

1,5 millions de personnes guéries

En Europe : 1,6 millions de cas et 155 496 décès

Situation en France

Dans +1300 établissements de santé (publics et privés) :

➡️ 21 073 personnes hospitalisées

➡️ 2 428 en réanimation

Le solde reste négatif avec 114 patients en moins.

✅ 58 673 personnes sorties guéries de l'hopital depuis le début de l'épidémie (96 979 personnes ont été hospitalisées).

Surveillance syndromique en population

↪️ SOS médecins : 255 interventions pour suspicion de COVID, soit 5% de l’activité totale.

↪️ Passage aux urgences : 670 passages, soit 3% de l’activité.

Mortalité liée au COVID depuis le 1er mars

➡️ à l'hôpital : 17 101 décès

➡️ en ESMS : 9 973 décès (majoritairement en EHPAD).

⚠️ 27 074 décès au global à déplorer depuis le 1/03

12 Mai 2020

Emmanuelle Fontaine Domeizel

12 mai : journée internationale des infirmières.

Le métier des infirmières est souvent invisible, mal connu et dévalorisé.

En France, les infirmières représentent les premières professionnelles de santé par le nombre ( 700 000).

Je soutiens le métier d’infirmière, j’accompagne la démarche de reconnaissance demandée et, lorsque la crise sanitaire sera terminée, il sera judicieux de mettre en place une réorganisation du métier.

J’ai saisi le ministre dans ce sens.

12 Mai 2020

L’épidémie est toujours active et évolutive. Nous reprenons progressivement nos activités, mais nous devons le faire avec beaucoup de prudence, respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée.

Situation internationale

187 pays touchés, 4,2 millions de cas

286 940 décès

1,47 millions de personnes guéries

En Europe : 1,80 millions de cas et 153 624 décès

Situation en France

Dans +1300 établissements de santé (publics et privés) :

➡️ 21 595 personnes hospitalisées (vs 24 775 il y a une semaine) pour une infection COVID (+ 670 en 24h)

➡️ 2 542 en réanimation (vs 3 430 il y a une semaine) (+ 92 en 24h)

Le solde reste négatif avec 170 patients en moins.

✅ 57 785 personnes sorties guéries de l'hopital depuis le début de l'épidémie (96 979 personnes ont été hospitalisées).

Surveillance syndromique en population

↪️ SOS médecins : 312 interventions pour suspicion de COVID, soit 6% de l’activité totale.

↪️ Passage aux urgences : 758 passages, soit 3% de l’activité.

Mortalité liée au COVID depuis le 1er mars

➡️ à l'hôpital : 17 003 décès

➡️ en ESMS : 9 988 décès (majoritairement en EHPAD).

⚠️ 26 991 décès au global à déplorer depuis le 1/03

"En cette journée internationale des infirmières et des infirmiers, nous remercions sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont agi nuit et jour avec un engagement remarquable et une humanité reconnue de tous pour prendre en charge de façon optimale tous les malades sur l’ensemble du territoire.

12 Mai 2020

Après l’avis du Conseil scientifique, les conseils municipaux élus au premier tour entreront en fonction le lundi 18 mai : 30 000 communes auront un conseil municipal, un maire et des adjoints élus, au plus tard le jeudi 28 mai.

12 Mai 2020

Laurent Saint-Martin, député du Val de MarneEn déplacement à Limeil-Brévannes

Le ministre de la santé Olivier Véran réaffirme le soutien de l'Etat aux acteurs associatifs qui renforcent tous les jours notre chaîne de solidarité nationale.Merci aux bénévoles de la Croix-Rouge française que j'aurai plaisir à retrouver prochainement.

#ValdeMarne

12 Mai 2020

Préfet de Seine-et-Marne avec  Christian Robache

Le Préfet de Seine-et-Marne, Thierry Coudert, a accueilli ce matin, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement sur un chantier de BTP de l'écoquartier de Montévrain.

Les ministres ont pu pour y voir la reprise de l'activité, l'organisation des bonnes pratiques et des dispositions sanitaires prises.

En présence du Président de la Fédération Française du Bâtiment, Jacques Chanut, les ministres ont échangé sur l'application des recommandations du guide sanitaire du Ministère du travail, préparé par les professionnels pour assurer la sécurité des intervenants et des occupants sur les chantiers.

https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/proteger-les-travailleurs-les-emplois-les-savoir-faire-et-les-competences/proteger-les-travailleurs/article/fiches-conseils-metiers-et-guides-pour-les-salaries-et-les-employeurs

11 Mai 2020

Air France relancera mi-juin ses vols vers l’Afrique : détail

Selon Air Journal, la compagnie Air France prévoit de relancer à la mi-juin de nombreuses routes intercontinentales suspendues pour cause de pandémie de Covid-19. En Afrique, le réseau devrait compter les liaisons suivantes

Paris CDG – Abidjan eff 15JUN20 4 weekly 777-300ER

Paris CDG – Bamako – Abidjan eff 16JUN20 4 weekly A350-900XWB

Paris CDG – Bangui eff 16JUN20 1 weekly 787-9

Paris CDG – Brazzaville – Kinshasa – Paris CDG eff 19JUN20 2 weekly A330-200

Paris CDG – Conakry – Nouakchott – Paris CDG eff 17JUN20 2 weekly 787-9

Paris CDG – Cotonou eff 15JUN20 4 weekly A330-200

Paris CDG – Cotonou – Abidjan – Paris CDG 03JUN20 – 11JUN20 1 weekly 777-300ER

Paris CDG – Dakar eff 16JUN20 4 weekly 777-300ER

Paris CDG – Djibouti eff 19JUN20 1 weekly A330-200

Paris CDG – Kinshasa – Brazzaville – Paris CDG eff 16JUN20 2 weekly A330-200

Paris CDG – Libreville eff 21JUN20 4 weekly 777-200ER

Paris CDG – Lome eff 16JUN20 1 weekly A330-200

Paris CDG – Niamey – Lome eff 15JUN20 3 weekly A330-200

Paris CDG – Nouakchott – Conakry – Paris CDG eff 15JUN20 2 weekly 787-9

Paris CDG – Yaounde – Douala – Paris CDG eff 15JUN20 3 weekly 787-9

 

 

 


Réalisation & référencement Comment créer un site internet d'homme politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.